Rappel des recommandations sanitaires

Pour l’ensemble de la population
Il n’est pas nécessaire de modifier vos activités habituelles.

Pour les populations vulnérables* ou sensibles**

En cas d’épisode de pollution aux polluants suivants : PM10, NO2, SO2
• Limitez les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe (7h-10h / 16h-19h)
• Limitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur En cas d’épisode de pollution à l’O3
• Limitez les sorties durant l’après-midi (entre 12 h et 16 h)
• Limitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles à l’intérieur peuvent être maintenues

Dans tous les cas :
• En cas de symptômes ou d’inquiétude, prenez conseil auprès de votre pharmacien ou consultez votre médecin Recommandations comportementales
• Reportez les travaux d’entretien ou nettoyage nécessitant l’utilisation de solvants, peintures, vernis
• Respectez l’interdiction des brûlages à l’air libre et l’encadrement des dérogations
• Arrêtez, en période de chauffe, l’utilisation des appareils de combustion de biomasse non performants (foyers ouverts, poêles acquis avant 2002)
• Maîtrisez la température dans les bâtiments (chauffage ou climatisation)
• Limitez, pour les déplacements privés et professionnels, l’usage des véhicules automobiles par recours au covoiturage et aux transports en commun
• Privilégiez pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied, vélo)
• Différez, si possible, les déplacements pouvant l’être
• Reportez les épandages agricoles de fertilisants ainsi que les travaux du sol

* Personnes vulnérables : Femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

** Personnes sensibles : Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).