Depuis l’étude sur le réseau d’assainissement pluvial menée en 1984, aucune exploration souterraine précise sur le périmètre du projet « quai de Gaulle » n’a été réalisée à Bandol. Les enjeux de cette problématique hydraulique et hydrologique apparaissent fondamentaux dans une approche systémique des aménagements urbains actuels et à venir. Dans le cadre de l’avant-projet du nouveau Quai de Gaulle, une simple note hydraulique a été présentée en décembre 2017, et elle n’apportait pas les réponses nécessaires. La municipalité a donc décidé en accord plein et entier avec ID83, structure départementale qui assiste la maîtrise d’ouvrage de ce projet, de reporter le début des travaux, initialement prévu en mars 2018, à octobre 2018 pour obtenir un délai suffisant afin de réaliser une étude hydraulique complète.

L’hydraulicien missionné par le maître d’œuvre du projet vient tout juste de présenter son étude approfondie en précisant, au vu des résultats, que ce travail était véritablement indispensable pour construire des projections fiables pour l’avenir de notre territoire.

Il a fallu investiguer tout d’abord la topographie de l’ensemble des zones concernées. Plusieurs explorations ont donc été menées dans les réseaux souterrains. D’abord, par caméra vidéo, puis par une équipe de plongeurs pour obtenir les résultats les plus fiables possibles. Malgré ce dispositif, quelques zones restent inaccessibles et nécessitent de réaliser une extrapolation.
Ces investigations montrent clairement la complexité du réseau pluvial construit sous le quai de Gaulle. Certains réseaux ne possèdent aucun regard, il existe de nombreuses contradictions ou incohérences entre les diamètres et les formes du réseau, certaines canalisations sont obstruées et certaines pentes ne sont pas suffisantes. Afin de répondre au mieux à l’ensemble des problématiques à venir, les préconisations proposées impliquent la création de regards et de grilles pour l’entretien et le curage des réseaux, la reprise en totalité du réseau de la zone du rond-point Lucien Artaud et la réfection d’autres réseaux annexes et exutoires qui ont été hiérarchisés par ordre de priorité.

Prenant en compte les nouvelles données topographiques, hydrologiques et hydrauliques, ainsi que la réalisation des préconisations énoncées, une modélisation en deux dimensions a été élaborée pour chacune des 11 zones qui débouchent sur la mer. Par ailleurs, afin de considérer le niveau de la mer dans la simulation, l’hydraulicien a défini l’élévation du niveau de l’eau à +0,88 m dans 10 ans (réf : Diagnostic de la digue du Casino, rapport de diagnostic – Océanide, 2015). Cette modélisation montre que l’ouvrage projeté sera capable d’absorber les précipitations survenant avec une occurrence décennale. Pour finir, deux ouvrages d’interface terre-mer seront réalisés dans le cadre du projet étant donné qu’ils sont classés en priorité 1 par l’hydraulicien.

Désormais, la municipalité est en mesure de prendre des décisions éclairées et échelonnées sur les années à venir. Ce projet doit constituer un ouvrage robuste, ambitieux et responsable pour les générations futures !

Etude hydraulique 

Complément étude hydraulique