Depuis un mois le feuilleton autour de la vente de la Maison des Vins et de l’organisation de la Fête du Millésime défraie la chronique : il est temps d’apaiser les esprits et de rétablir une chronologie des faits qui rétablissent la vérité.

ACTE 1

26 juillet

– 1ère rencontre entre le maire et le nouveau président des Vins de Bandol, Cédric Gravier. Le maire expose en détail le projet de vente de la Maison des Vins et indique à son interlocuteur qu’en cas d’éviction -improbable- la municipalité ne laissera pas tomber les vignerons et leur proposera un local de substitution. M Gravier ne montre pas d’inquiétude particulière. La discussion se poursuit autour de la préparation de la prochaine fête du Millésime. Rappelons que c’est l’association des Vins de Bandol qui organise la fête du Millésime avec l’appui financier (30.000€) et logistique de la ville.

ACTE 2

2 septembre

- courrier de Cédric Gravier, président de l’association des Vins de Bandol, porté par huissier : « Le conseil d’administration de l’association a décidé de suspendre toute discussion relative à la prochaine fête du Millésime, que nous envisageons de supprimer à Bandol ainsi que toutes les autres manifestations prévues. » L’association des Vins de Bandol veut obtenir la garantie qu’elle conservera le local de l’oenothèque dans la Maison des Vins, mise en vente. Précisons que l’oenothèque des vins de Bandol est une EURL et qu’elle bénéficie d’un bail commercial avec un loyer très avantageux (la moitié du prix du marché). Aucune menace particulière d’éviction ne menaçait l’oenothèque qui aurait touché des indemnités conséquentes dans ce cas improbable.

7 septembre

– dans les colonnes de Var Matin, M Gravier déclare : « Nous avons décidé de montrer notre mécontentement en envoyant un courrier…en menaçant d’annuler la fête du Millésime si la situation restait inchangée. » 13 septembre – la municipalité résilie la convention d’objectifs 2019 qui lie la ville et l’association et demande à cette dernière de rembourser la subvention déjà versée.

ACTE 3

20 septembre

– Ferdinand Bernhard, président de l’agglomération Sud-Sainte-Baume, propose d’acheter la Maison des Vins en dehors de l’appel d’offre. Il garantit (dans Var Matin) que les loyers n’augmenteront pas.

23 septembre

– réunion de concertation avec l’association des vins de Bandol. La discussion est bloquée. Les vignerons campent sur leur exigence (rester à la Maison des Vins) avant d’envisager tout autre chose. Le maire propose, en cas d’éviction par le nouveau propriétaire, de reloger l’oneothèque à la place de l’office de tourisme. Cette proposition avait déjà été faite plusieurs mois en arrière à M Tari, à l’époque président de l’association. L’offre est saluée par les représentants des commerçants (Bandol Plus) qui estiment qu’il n’y pas plus beau lieu et plus attractif. M Gravier dit qu’il va en parler au conseil d’administration.

27 septembre

- Dans un courrier adressé au président de la CASSB, le maire de Bandol lui explique qu’il doit s’inscrire dans le cadre de l’appel d’offre afin d’éviter tout recours d’autres acquéreurs potentiels et pour une bonne gestion des deniers publics

ACTE 4

7 octobre au matin

- le Maire de Bandol adresse le mail suivant à tous ses collègues du bureau communautaire :

 

Chers collègues,

Le Président Bernhard a mis à l’ODJ de notre réunion de bureau de cet AM 7 octobre 2019 une délibération vous demandant d’approuver le principe de la vente de gré à gré de la Maison Des Vins (MDV) à la communauté d’agglomération SSB.

Un refus de la commune de Bandol serait considéré comme un non partage du sens de l’intérêt général !« à charge pour la commune de Bandol si elle partage ce sens de l’intérêt général d’en accepter le principe ». Cette formulation est inacceptable.

Comme pour la composition du conseil communautaire (1 siège de moins pour Bandol par rapport au chiffre légal, sans justification valable) et la subvention du conseil régional pour le quai de Gaulle (100 000€ retirés à Bandol et 100 000€ rajoutés pour une opération purement Sanaryenne), le Président Bernhard vous demande de voter une délibération qui ne respecte ni les intérêts, ni l’autonomie, ni la liberté de gestion de la commune de Bandol.

En effet, notre conseil municipal a voté une délibération qui soumet la vente de la MDV à une procédure de mise en concurrence.

J’ai écrit au Président pour lui signifier qu’en aucun cas la commune ne mettrait fin à cette procédure et que la CASSB devait se soumettre à cette mise en concurrence.

Cette délibération soumise malgré cela à votre vote témoigne d’un mépris total de notre commune par le Président Bernhard. J’ose espérer que cette fois, vous aurez le courage de dire non.

Avec mes cordiales salutations.

JP Joseph, Maire de Bandol

 

Un seul Maire dont on peut saluer le courage vote contre la délibération : Georges FERRERO, Maire du Beausset.

 

ACTE 5

15 octobre

– L’appel d’offre se termine sans qu’aucun candidat n’ait soumissionné.

16 octobre

– le maire adresse un courrier à l’oenothèque et à l’association des Vins de Bandol pour annoncer que faute de preneur, la ville reprend la gestion de la Maison des Vins et indemnisera la Sogeba à hauteur de 2.132 485 €. L’offre de transfert de l’oenothèque à la place de l’office de tourisme est à nouveau proposée.

19 octobre

– M Bernhard, dans les colonnes de Var Matin, maintient qu’il est toujours prêt au nom de la CASSB, à acheter la Maison des Vins, mais en dehors de tout appel d’offre.

21 octobre

– Le maire et les élus rencontrent les commerçants de Bandol, inquiets de la suppression de la fête des Vins pour préparer une grande manifestation qui vienne renforcer les fêtes de fin d’année. Ce week-end pourrait se dérouler les 14 et 15 décembre autour des produits du terroir en mettant l’accent sur le bio. Le projet est à l’étude.